Comment mettre de la soul dans du reggae

Tout d’abord mettons les choses au clair, quand je parle de soul, je parle bien sur de soul music que l’on appelle aussi parfois R&B (et quand je dis R&B je parle de rythm and blues bien sur pas de l’immonde soupe vaguement pop qu’on nous sert sur les ondes), la musique afro-américaine pour employer le terme politiquement correct, (noir c’est un gros mot), dont les plus illustres représentants vont de Otis Redding à Marvin Gaye ou Robert Cray. Ceci étant posé revenons à nos moutons, pour mettre de la soul dans le reggae, tout d’abord il vous faut être

Retour dans les années soixante-dix.

Il y a des jours comme ça on n’avait rien prévu, et on allume sa télé et on se retrouve au milieu des années soixante-dix avec  ce genre de musique : En fait de faille spatio-temporelle  j’étais tombé sur un épisode de Cold Case qui, pour les besoin de l’enquête, nous permettait d’assister à la naissance de qu’on appelle maintenant la « Philadelphia soul » et dont cette chanson « Back Stabbers » par les O’Jays fut le premier grand tube. En écoutant on se dit que  les années soixante-dix c’était cool quand même : l’amour libre , la soul music,  l’essence pas chère