Comment mettre de la soul dans du reggae

Tout d’abord mettons les choses au clair, quand je parle de soul, je parle bien sur de soul music que l’on appelle aussi parfois R&B (et quand je dis R&B je parle de rythm and blues bien sur pas de l’immonde soupe vaguement pop qu’on nous sert sur les ondes), la musique afro-américaine pour employer le terme politiquement correct, (noir c’est un gros mot), dont les plus illustres représentants vont de Otis Redding à Marvin Gaye ou Robert Cray. Ceci étant posé revenons à nos moutons, pour mettre de la soul dans le reggae, tout d’abord il vous faut être

10 albums pour la fin du monde (ou la pandémie)

Il y a quelque temps j’ai répondu a un défi sur le réseau social des vieux, si si vous savez , le « F » des affreux GAFAM qui collectent nos informations personnelles et s’en servent pour bâtir des fortunes absolument indécentes, donc disais-je sur ce réseau, on m’avait demandé comme ça à brûle-pourpoint d’établir une liste de mes dix albums préférés et comme je suis très gentil je me suis exécuté et aujourd’hui je recycle ce top ten sur ce blog parce que le recyclage c’est bon pour la planète et dans le défi en question il fallait seulement lister ses

Comment remonter le temps : 3eme episode

Hé oui la machine à remonter le temps revient encore une fois. Souvenez-vous il y a quelques mois entre deux remarques fielleuses sur le dancehall que certain ignares appellent reggae, c’est plus fort que moi le dancehall/ragga ou on balances des insanités sur des rythmes électroniques entendu 1000 fois je ne supporte pas, je vous faisait l’historique d’un tube des années 80 et j’évoquais Boy George et Everything I Own.  Ça se passait là pour les curieux. Chose promise chose due : voici pour votre plus grand plaisir et votre culture personnelle l’histoire complète d’un tube reggae aux incarnations multiples. Souvenez-vous

Comment faire un tube avec des enfants et des substances illicites

Alors c’est très simple pour faire un tube il vous faut un ou des artistes : pour ce premier ingrédient prenez des enfants,  entre 10 et 16 ans les enfants c’est comme les chatons c’est mignon tout plein et pour peu qu’ils aient un filet de voix décent vous avez déjà assuré 50%  du travail.  En en terme de merchandising c’est le jackpot assuré, vous allez forcément toucher un jeune public et ça rassurera les parents si leur progéniture leur demande d’acheter le dernier opus d’un groupe composé aussi d’enfants plutôt que la dernière production d’une créature lascive siliconée de

Comment remonter le temps : 2e épisode

Et oui c’est le retour de la machine à remonter le temps et, comme celle que je vous décrivais là, celle d’aujourd’hui fonctionne aussi au reggae. Commençons par le début, c’est à dire la fin, celle du siècle dernier (15 ans déjà) ou plutôt à l’aube du nouveau millénaire, (en 2000 quoi), une des pointures du dancehall à la française sortait ce qui allait devenir le plus gros succès de sa carrière, un album intitulé « Un signe du temps« , habile mélange entre le dancehall qui avait fait sa gloire et du reggae « roots » en mode crooner : « roots » comme on

Quand Willy Colon et Ruben Blades se mettent au dancehall

Évidemment c’est encore une fois une petite plaisanterie de mon cru :  ces deux légendes vivantes de la musique latine n’ont pas jeté aux orties les 30 a 40 dernières années pour se tourner vers des musiques venues de Jamaïque, c’est plutôt la Jamaïque qui s’est mise à la salsa si on peut dire. Mais pour comprendre ou je veux en venir il faut commencer par le début. Nous sommes donc en 1978 et en cette année bénie des dieux sort ce qui sera le point culminant de la collaboration entre Willy Colon et Ruben Blades : l’album intitulé Siembra

Rio Loco 2013 : Antilles sur Garonne

La 19éme édition du festival Rio Loco s’est tenue du 12 au 16 juin à Toulouse et avait pour thème les Antilles, toutes les Antilles de Cuba à Trinidad et Tobago en passant la Jamaïque, Porto-Rico, la Martinique, … Après une brève concertation la rédaction de Karambloggage s’est transportée sur place afin de vivre les 3 derniers jours de l’événement, les 3 derniers jours parce que l’unique membre de la prestigieuse rédaction de ce blog a un vrai métier qui ne lui permet pas de partir en vadrouille aux six quatre coins de l’hexagone dès qu’un festival sort une programmation

Le reggae qui venait du zouk

Comme souvent ici on va parler musique et en particulier reprises, réinterprétations. Je sais que certains pensent qu’en matière de musique il n’y a pas de pire péché que de reprendre une chanson, que c’est le degré zéro de la création artistique, que c’est un moyen facile de s’en mettre plein les poches en profitant du travail des autres et j’en passe .  C’est un point de vue comme un autre, pour ma part quand j’entends  ça ou encore  çeci je ne peux pas m’empêcher de ne pas être complètement d’accord et quand j’entends certaines « chansons originales » je préfère encore

Quand le Jazz est là …. le Reggae reste!

Oui on peut mélanger jazz et reggae1 : c’est ce que fait depuis quelques années Monty Alexander, talentueux pianiste d’origine jamaïcaine, habitué des festivals de jazz comme Montreux ou Marciac, qui marie avec bonheur ses racines jamaïcaines et le jazz pour un résultat que les puristes trouveront peut être un peu facile mais qui pour les béotiens comme moi est une excellente porte d’accès au monde étrange et merveilleux du Jazz : vous savez cet univers mystérieux ou le public à l’air au moins aussi concentré que les musiciens sur scène, et d’ailleurs on a en général l’impression que toute

Johnny soit bon !

Oui bon c’est un calembour éculé mais au moins comme ça vous voyez tout de suite de quoi je vais vous parler. Souvenez-vous en 1983 sortait l’album « Mama Africa » de Peter Tosh (1944-1987) sur lequel figurait en bonne place une reprise d’un standard du rock : on peut même parler d’un titre fondateur du RocknRoll sur lequel des générations d’apprentis « guitar-hero » se sont échinés : « Johnny B. Goode » à l’origine interprété par Marty Mc Fly Chuck Berry. Presque 30 ans après cette reprise au succès somme toute assez limité en son temps est presque devenu à son tour un standard